La théorie des climats - Montesquieu

Montesquieu, dans son ouvrage paru en 1748, nous livre une réflexion concernant les déterminismes du milieu où l'on vit sur son propre caractère.

A l'échelle de la société, certains facteurs phyiques influent alors sur les lois, sur le caractère des peuples. Ainsi les lois pour Montesquieu "doivent être relatives au physique du pays" (De l'Esprit des lois, livre I, chap. 3).

Quant au caractère des peuples, Montesquieu prend l'exemple des climats et de la température, qui pour lui jouent un rôle essentiel et font que certains peuples sont libres tandis que d'autres demeurent esclaves.

"Il ne faut donc pas être étonné que la lâcheté des peuples des climats chauds les ait presque toujours rendus esclaves, et que le courage des peuples des climats froids les ait maintenus libres." énonce ainsi Montesquieu dans De l'Esprit des lois, III, livre XVII, chap. 17.

Montesquieu associe la chaleur (qui "énervait la force et le courage des hommes") à l'esclavage, et le froid (qui donne "une certaine force de corps et d'esprit") à la liberté.

 

 

Définitions des Révolutions

 

>> Étymologie des Révolutions

 

Le mot révolution est ambigü, puisqu'il désigne une modification tout en étant un retour à un état initial.

Cette idée vient de l'astronomie.

Ainsi dès le début du XIIIe siècle Révolution signifiait : « retour périodique d'un astre à un point de son orbite »

 

 

>> Définition dans le domaine des idées de Révolutions

 

Cette idée du retour à un état initial disparaît peu à peu lorsque l'on s'aventure dans des domaines plus théoriques.

Le mot Révolutions marque alors seulement un "bouleversement, une transformation profonde". Il en est ainsi à propos de l'histoire des idées :

« Évolution des opinions, des courants de pensée, des sciences; découvertes, inventions entraînant un bouleversement, une transformation profonde de l'ordre social, moral, économique, dans un temps relativement court »

 

>> Définition à connotation politique et historique

 

Enfin, de façon toujours théorique, le retour à un état initial semble ne plus exister, et au contraire il s'agit en politique ou en histoire de parler d'un régime qui diffère totalement de son état initial.

« Renversement soudain du régime politique d'une nation, du gouvernement d'un état, par un mouvement populaire, le plus souvent sans respect des formes légales et entraînant une transformation profonde des institutions, de la société et parfois des valeurs fondamentales de la civilisation »

 

 

La vanité de la peinture - Blaise Pascal

Dans ses Pensées, 40-134, Pascal affirme :

 

Quelle vanité que la peinture qui attire l'admiration par la ressemblance des choses, dont on n'admire point les originaux !

 

La représentation picturale est donc pour Pascal un objet dégradé. Il serait possible de généraliser aux représentations en général, notamment dans le domaine de l'art.

"Vanité" à cette époque, et le sens a perduré, signifiait bien l'inutilité et le peu de solidité.