Survivants à la fin du monde

Le 21 décembre avait lieu la 183e fin du monde de l’histoire.
C’est le nombre de fins du monde qu’a comptées Pierre Baron pour Historia.

Appelée Fin des temps, Jour du Jugement Dernier, ou encore Ragnarök dans la mythologie nordique, la fin du monde fascine toutes les civilisations : elle est toujours mystérieuse, spectaculaire, et radicale.

>> Comprendre la fin du monde comme fin d’une ère


La fin du monde 2012 trouve son origine dans le complexe calendrier Maya : plusieurs systèmes de calendrier se superposaient, dont un calendrier cyclique sur 260 jours, ou encore 365 jours.
En particulier le « compte long » est un cycle de 5 125 années. Or ce cycle a débuté en 3 114 avant Jésus-Christ, ce qui mène au 21 décembre 2012 (ou 23 pour certains). La fin de ce cycle sonnerait la fin d’une ère, ou encore plus strictement la fin du monde.

Dans le même esprit, certains courants dits “New Age” assimilent cette fin plutôt à un bouleversement : le monde existerait toujours, mais ne serait plus du tout comme avant.

>> Comment le monde voit le monde


Ce titre énigmatique est à comprendre simplement : comment les humains ont-ils perçu et défini le monde au cours des siècles ?

Durant l’Antiquité, chez les Grecs en particulier, les hommes croyaient en un monde clos. Le monde n’était qu’un cosmos fini, limité dans l’espace.

Les progrès de la science conduisent la société moderne à plutôt considérer le monde comme infini. Aussi bien dans l’infiniment grand : le monde est toujours en expansion, et ne cesse de croître. Que dans l’infiniment petit : la précisions des microscopes ne suffit plus, chaque particule se divise en plus petites parties, elles-mêmes divisibles, menant aux théories de mécanique quantique par exemple.

>> L’Apocalypse

L’apocalypse, aussi nommé apocalyptique, se développe au Ier siècle avant Jésus-Christ chez les Juifs comme une entreprise littéraire visant à raconter la révélation de Dieu, plutôt chaotique, et ensuite s’y rattache l’idée de fin des temps.

Le terme apocalypse vient du latin apocalypsis, “révélation”, tiré lui-même du grec apokálupsis , “découvert”.

L’Apocalypse, sous sa désignation la plus connue, correspond à un livre écrit par Jean, et compris dans la bible. Ecrite sous forme métaphorique, l’oeuvre intitulée Livre de la Révélation décrit la fin d’un monde, au travers de nombreux symboles.

Barack Obama relance le débat du contrôle des armes à feu après la tuerie de Newton

Le drame qui a conduit à la mort de 20 enfants et 6 adultes dans le Connecticut (Newton) (tués dans une école par Adam Lanza, 20 ans) a secoué l'Amérique et relance le débat du contrôle des armes.
Le président Barack Obama s'est particulièrement ému de cette tuerie. Voici son discours, avec sa transcription et sa traduction pour une partie.


>> Discours de Obama




“We’ve endured too many of these tragedies in the past few years”
Nous avons enduré trop de tragédies comme celle-ci ces dernières années.

“And each time I learn the news, I react not as a president, but as anybody else would – as a parent. And that was especially true today. ”
Et chaque fois que j'apprends la nouvelle je réagis non pas en tant que président mais comme n'importe qui d'autres le ferait : en tant que parent. Et c'était particulièrement vrai aujourd'hui.

“I know there’s not a parent in America who doesn’t feel the same overwhelming grief that I do.”
Je sais qu'il n'y a pas un seul parent en Amérique qui n'éprouve pas le même accablant chagrin que moi.


“The majority of those who died today were children – beautiful little kids between the ages of 5 and 10 years old”
La majorité de ceux qui sont morts aujourd'hui étaients des enfants - de beaux petits enfants entre 5 et 10 ans.

“They had their entire lives ahead of them – birthdays, graduations, weddings, kids of their own. Among the fallen were also teachers – men and women who devoted their lives to helping our children fulfill their dreams."
Ils avaient la vie entière devant eux - anniversaires, diplômes, mariages, leurs propres enfants. Parmi les décédés se trouvaient aussi des professeurs - des hommes et des femmes qui consacraient leur vie à aider nos enfants à réaliser leurs rêves.


“So our hearts are broken today – for the parents and grandparents, sisters and brothers of these little children and for the families of the adults who were lost. Our hearts are broken for the parents of the survivors as well, for as blessed as they are to have their children home tonight, they know that their children’s innocence has been torn away from them too early, and there are no words that will ease their pain.”
Alors nos coeurs sont brisés aujourd'hui - pour les parents et les grands-parents, les soeurs et les frères de ces petits enfants et pour les familles des adultes qui sont décédés. Nos coeurs sont aussi brisés pour les parents des survivants, car autant qu'ils ont la chance d'avoir leurs enfants chez eux ce soir, ils savent que l'innocence de leurs enfants a été déchirée trop tôt, et qu'aucun mot n'apaisera leur peine.

>> Les armes à feu en Amérique


Le Deuxième amendement de la Constitution des Etats-Unis fixe le droit d'avoir une arme à feu. (15 décembre 1791)

« A well regulated Militia, being necessary to the security of a Free State, the right of the people to keep and bear Arms, shall not be infringed. »


Chaque état peut encadrer ce droit à la possession, ce qui fut fait en premier par l'Etat de New-York en 1911.

En 1993, la loi Brady de Bill Clinton limite la détention d’armes à feu par des anciens criminels. La loi impose alors le contrôle des antécédents psychiatriques et judiciaires lors de l’achat d'une arme.


>> Les pour et les contre la détention d'armes à feu



Barack Obama a relancé la question du contrôle des armes à feu. Le débat est d'autant plus complexe que les habitants des Etats-Unis sont partagés sur la question.

Les pro-détention d'arme à feu rappellent généralement la coutume d'un amendement consacré par la tradition. Mise en valeur des origines, et de ce qui fait l'âme américaine. De plus, il s'agit de s'opposer à une centralisation : les anti-fédéraux préconisent que chaque Etat décide pour lui-même, que chaque habitant décide pour lui-même, plutôt qu'une force supérieure nationale.
La détention d'une arme à feu ne signifie pas forcément son utilisation : le fait de voir une arme, peut servir à se protéger et à faire renoncer un attaquant.

Les anti-détention d'arme à feu rappellent le nombre de décés causés chaque années par arme à feu. Il s'agit de protéger la population et la nation américaine. De contrôler scrupuleusement pour éviter les abus.

>> Infographie, chiffres sur les armes à feu aux Etats-Unis


armes aux E-U


>> Affiche publicitaire anti-armes à feu la plus répandue actuellement


anti-Armes à feu aux Etats-Unis


Fiche histoire IEP : II. La Guerre froide A. Le monde se partage : l'affrontement entre les deux blocs


Le monde depuis 1945
Fiche résumé IEP


 


II. La Guerre froide


Guerre froide : Conflit larvé (qui ne se manifeste pas complètement), marqué par une rivalité et un affrontement bipolaire sans pour autant conduire à une guerre générale. La Guerre froide est moins une période de tensions qu'une confrontation idéologique et politique entre deux superpuissances : le camp américain, mené par les États-Unis d'une part, et l’URSS d'autre part.
 
Bornes : généralement, de 1945 (fin de la 2nd GM) à 1989 (chute du mur de Berlin) ou 1991 (dislocation de l'URSS)
 
 

    A. Le monde se partage : l'affrontement entre les deux blocs


-> L'arme nucléaire facteur de division

- les E-U ont l'arme nucléaire, et bientôt l'URSS
- les états du monde veulent s'en protéger, et rejoignent par conséquent un des deux camps.
- Ils concluent en outre de nombreux traités d'alliance, désigné par le terme pactomanie

-> L'URSS forme un bloc à l'Est, en réaction les pays occidentaux forment un bloc à l'Ouest

- Staline fait rallier toutes les démocraties populaires (régimes dictatoriaux communistes autour de l'URSS) à sa cause (coup de Prague en 1948)
- Les démocraties populaires et l'URSS excluent tout parti politique opposé
- Staline organise un blocus autour de Berlin-Ouest : tous les accès sont interdites. Les E-U ripostent par la mise en place d'un pont aérien.

-> La guerre de Corée entérine définitivement la Guerre froide

- En juin 1950, la Corée du Nord, soutenue par Staline et Mao, attaque la Corée du Sud
- Les Etats-Unis envoient, avec l'accord de l'ONU, un corps expéditionnaire aux côtés de la Corée du Sud
- Le général MacArthur veut utiliser l'arme atomique en Mandchourie, est désavoué par Truman qui craint une généralisation du conflit
- Le front se stabilise au 38e parallèle. L'armistice est signé en juillet 1953
 
 
>> Résumé du blocus de Berlin :
 
1. La Situation en Allemagne et à Berlin en 1949
 
Les vainqueurs se partagent l'Allemagne :
 
En Allemagne de l'Est : URSS
En Allemagne de l'Ouest : Américains le Sud, Grande Bretagne le Nord, Français (un peu plus tard) contrôlent le Sud Ouest
 
Berlin est divisé de même en 4.
Berlin-Est : URSS
Berlin-Ouest : les trois autres puissances (E-U, G-B, Fr)
 
2. Déclenchement du blocus de Berlin
 
Les trois puissances d'Allemagne de l'Ouest veulent avoir une même monnaie, le Deutsche Mark.
Staline aimerait intégrer totalement Berlin à l'Allemagne de l'Est. Pour y parvenir, en appliquant la doctrine Jdanov, l'URSS interdit tout transport par route, par rail ou par canaux entre Berlin Ouest et l'Allemagne de l'Ouest en 1948, le 24 juin.