Distinguer vol, escroquerie, abus de confiance et vandalisme

Actes de vandalisme lors des manifestations, vols dans les transports en commun. Dans les affaires judiciaires abus de confiance, escroquerie.

La distinction dans la justice française entre escroquerie, vol, abus de confiance et vandalisme.

Voici quelques définitions pour éclairer ces mots qui comportent des nuances bien spécifiques.

 

>> L'escroquerie

L'escroquerie consiste à obtenir un bien par la manipulation. (5 ans d'emprisonnement et 375 000 € d'amende)

>> Le vol

Le vol consiste à porter atteinte sans autorisation au droit de propriété. (3 ans d'emprisonnement et 45.000 € d'amende)

 

>> L'abus de confiance

L'abus de confiance consiste à s'approprier le bien qu'une personne lui a remis. (3 ans d'emprisonnement et de 375 000 € d'amende)

 

>> Le vandalisme

Le vandalisme est la dégradation du bien d'autrui pour son plaisir. (dommages graves : 2 ans d'emprisonnement et 30 000 € d'amende)

 

A partir de maintenant, vous ne ferez plus la confusion en utilisant ces différents termes.

Fiches de Cours d'introduction au droit

Fiches de Cours d'introduction au droit

Partie 1 : le droit objectif

 

Chapitre 1 : La règle de droit

 

I. La notion de règle de droit

 

A. Droit et justice

B. Droit et équité

C. Droit et morale

 

II. Les caractères de la règle de droit

 

A. Le caractère abstrait, général et égalitaire de la règle de droit

B. Le caractère obligatoire de la règle de droit

III. Les fondements de la règle de droit

 

A. Les doctrines du droit naturel

B. Les doctrines du droit positif

 

Chapitre 2 : Les différentes branches du droit

 

I. Les branches du droit public

 

A. Le droit constitutionnel

B. Le droit administratif

C. Le droit des finances publiques

D. Le droit international public

 

II. Les branches du droit privé

 

A. Le droit civil

B. Le droit commercial

C. Le droit social

D. Le droit international privé

 

III. Les droits mixtes

 

A. Le droit pénal

B. Le droit processuel

C. Le droit de l'Union européenne

 

 

Chapitre 3 : Les sources du droit

 

I. Les sources internes du droit

 

A. Les sources écrites du droit

1. Les textes à valeur constitutionnelle

2. Les textes à valeur législative

3. Les textes à valeur réglementaire

 

B. Les sources non écrites du droit

1. La coutume

2. La jurisprudence

3. La doctrine

 

II. Les sources externes du droit

 

A. Les traités internationaux

 

B. Le droit de l'Union européenne

1. Le droit communautaire primaire

2. Le droit communautaire dérivé

 

C. Le droit européen

 

 

Chapitre 4 : L'application de la loi

 

I. L'application de la loi dans le temps

 

A. L'entrée en vigueur de la loi

B. La disparition de la loi

C. Les conflits de lois dans le temps

1. Le principe de non-rétroactivité de la loi

2. Le principe de l'application immédiate de la loi

 

II. L'application de la loi dans l'espace

 

A. Application de la loi sur tout le territoire français

B. Exceptions au principe d'application de la loi sur le territoire français

 

Partie II : Les droits subjectifs

 

 

Chapitre 5 : La classification des droits subjectifs

 

I. Les droits patrimoniaux

 

A. La notion de patrimoine

1. Une universalité de droit

2. Une émanation de la personnalité

 

B. Les droits réels

1. Les droits réels principaux

2. Les droits réels accessoires

3. Les attributs des droits réels

 

C. Les droits personnels

 

D. Les droits intellectuels

 

II. Les droits expatrimoniaux

 

A. Le régime juridique des droits extrapatrimoniaux

 

B. Les différents types de droits extrapatrimoniaux

1. Les droits publics ou droits de l'homme

2. Les droits privés extrapatrimoniaux

 

Chapitre 6 : Les titulaires des droits subjectifs

 

I. Les personnes physiques

 

A. Le statut juridique de la personne physique

1. La personnalité juridique de la personne physique

2. L'état juridique de la personne physique

 

B. L'identification de la personne physique

1. Le nom et ses accessoires

2. Le domicile

 

C. La capacité de la personne physique

1. L'incapacité de jouissance

2. L'incapacité d'exercice

 

Voir aussi :

-> Fiches de cours - Organisation administrative

Chapitre 6 - Le cas des trois villes Paris, Lyon et Marseille

Titre 3 - Les collectivités territoriales

Chapitre 5 - La collaboration entre collectivités locales

Chapitre 6 - Le cas des trois villes Paris, Lyon et Marseille

 

>> Section 1 - Le système électoral particulier

 

Le système électoral de ces trois villes, Paris, Lyon, Marseille, intègre l'échelon des secteurs électoraux. A Paris et à Lyon, le secteur électoral correspondant à un arrondissement. A Marseille, un secteur électoral peut regrouper deux arrondissements (loi du 9 juillet 1987).

Les conseillers municipaux et d'arrondissement sont élus dans chaque secteur électoral d'après la loi du 19 novembre 1982.

 

>> Sections 2 - Les arrondissements

 

Les arrondissements dans ces trois grandes villes pour rapprocher le citoyen des élus. Paris, Lyon et Marseille étant les trois plus grandes villes de France, il a fallu trouver un échelon qui prenne en compte cette particularité.

Les conseils d'arrondissement jouent un rôle particulier depuis la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, notamment par la possibilité de donner des avis au maire de la commune.

Il existe pour chaque un arrondissement un maire d'arrondissement.

 

>> Les villes Paris, Lyon, Marseille, au cas par cas

 

Chacune de ces  trois villes, Paris, Lyon, Marseille a suivi une évolution particulière.

 

Paris

 

Jusqu'en 1968, Paris n'avait pas de maire dans le cadre de la ville de Paris. Il existait deux entités : la ville de Paris, et le département de la Seine.

La loi du 31 décembre 1975 a complètement changé l'organisation administrative de la région parisienne. Pour simplifier le cas de Paris, et le rendre plus proche de l'organisation administrative classique, la ville de Paris a été remplacée par la commune et le département, qui avaient la même étendue.

 

Lyon

 

Michel Mercier, président du conseil général du Rhône, et Gérard Collomb, président du Grand Lyon, ont mis en place les éléments pour la transformation du Grand Lyon en métropole de Lyon est inscrite au sein de la loi MAPTAM du 27 janvier 2014.

La métropole de Lyon a un statut particulier : ce n'est plus un établissement public, mais une collectivité territoriale. Elle exerce les compétences normalement dévolues au département.

 

Aix-Marseille-Provence

 

Une métropole Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016.

 

-> Titre 4 - L'établissement public > Chapitre 1 - L'établissement public classique

 

-> Fiches de cours - L'organisation administrative <-