Il est inévitable que nous ne soyons jamais heureux - Pascal

Blaise Pascal dans ses Pensées, 47-172, constate avec froideur :

Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre, et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.

 

Si Pascal en arrive à un tel résultat, c'est au terme d'une réflexion aboutie sur le temps et le présent.

 

Pour Pascal, le bonheur dépend de la qualité de nos pensées. Or nos pensées sont indissociables du temps. C'est pourquoi Pascal déclare "Que chacun examine ses pensées. Il les trouvera toutes occupées au passé ou à l'avenir."

Le problème vient du fait que nous ne prenons pas le présent pour fin, c'est-à-dire pour but de nos pensées et de notre vie. C'est toujours l'avenir, le futur, qui constitue la fin. De là il est possible de comprendre cette affirmation de Pascal, nous "espérons de vivre", nous vivons pour l'avenir.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la troisième lettre du mot hezcz ? :