Correction : Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ?

 

>> Définitions des termes du sujet

 

Le mot "devoirs", au pluriel, peut recevoir une définition assez large. Nous lui donnerons ici le sens d' "Obligation qu'impose, dans une circonstance particulière, la morale, la loi, la bienséance, etc.".

Le mot "reconnaître" dans ce contexte peut alors être présenté comme : "Admettre et proclamer le statut officiel, l'existence juridique de.", ce qui donne au mot "devoirs" une connotation juridique.

 

La liberté quant à elle est le coeur même du sujet. On lui donnera en introduction deux sens, qu'il faudra clarifier dans le développement du devoir : "Pouvoir d'exercer sa volonté ou d'opérer des choix." ou bien "État d'une personne qui peut agir et penser sans contrainte".

 

>> Enjeu du sujet

 

La liberté est-ce d'après la seconde définition donnée le pouvoir d'agir et penser sans contrainte ? Dans ce cas, les devoirs s'y opposent, puisqu'ils semblent être des contraintes.

Mais la liberté n'est-elle pas plutôt le pouvoir d'exercer sa volonté et d'opérer des choix, ce qui ne peut se faire qu'en établissant des règles et des principes précis sur lesquels s'appuyer et éclairer la raison ?

On soulève ici une question qui servira pour notre troisième partie, car elle permettrait de sortir de l'alternative en forme d'impasse de la confrontation entre liberté et devoirs.

 

>> Plan et développement

 

I. Les devoirs sont une contrainte qui limitent la liberté individuelle

On peut établir un parallèle entre la liberté morale et la liberté physique, entendue en un sens restreint.

Tout comme un animal en cage, les devoirs (la cage) limitent les capacités et l'étendue (les libertés) d'action de l'animal.

On peut soutenir également que l'homme n'est pas seulement limité dans sa liberté, mais qu'il est 100% déterminé et qu'il n'y a aucune place pour la liberté. Ainsi Spinoza fait-il voir que le libre-arbitre n'est qu'une illusion.

 

II. La liberté collective se trouve néanmoins garantie grâce aux devoirs

 

Rousseau dans son Contrat social ne dit pas autre chose : c'est en donnant sa liberté qu'on la conserve. Poser et reconnaître des devoirs, c'est créer un contrat social, et chacun donnant de sa liberté, ne la donne finalement à personne.

Aristote estime en ce sens que l'animal politique qu'est l'homme ne devient citoyen que parce qu'il obéit et reconnaît des devoirs égaux à tous.

 

III. La liberté se fonde et est éclairée par la contrainte

Kant situe la liberté au fait d'agir conformément avec sa raison, et la raison universelle. Ce n'est en ce sens pas faire n'importe quoi n'importe quand, mais bien par les devoirs que nous donne à connaître notre conscience et surtout notre raison, faire le bien.

Les Stoïciens et Spinoza trouvent une issue au dilemme de reconnaître ses devoirs pour gagner en liberté dans l'idée que la véritable liberté se trouve dans la connaissance que l'on a de la nature des choses. Or cette nature des choses est faite de contraintes et de devoirs. La liberté est alors la connaissance de la nécessité, et donc de reconnaître ses devoirs.

 

-> Correction : FREUD, L’Avenir d’une illusion (1927)

-> Correction : La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

Correction : FREUD, L’Avenir d’une illusion (1927)

Correction du bac de philo 2019, extrait de FREUD, L’Avenir d’une illusion (1927).

 

La science a beaucoup d’ennemis déclarés, et encore plus d’ennemis cachés, parmi ceux qui ne peuvent lui pardonner d’avoir ôté à la foi religieuse sa force et de menacer cette foi d’une ruine totale. On lui reproche de nous avoir appris bien peu et d’avoir laissé dans l’obscurité incomparablement davantage. Mais on oublie, en parlant ainsi, l’extrême jeunesse de la science, la difficulté de ses débuts, et l’infinie brièveté du laps de temps écoulé depuis que l’intellect humain est assez fort pour affronter les tâches qu’elle lui propose. Ne commettons-nous pas, tous tant que nous sommes, la faute de prendre pour base de nos jugements des laps de temps trop courts ? Nous devrions suivre l’exemple des géologues. On se plaint de l’incertitude de la science, on l’accuse de promulguer aujourd’hui une loi que la génération suivante reconnaît pour une erreur et remplace par une loi nouvelle qui n’aura pas plus longtemps cours. Mais ces accusations sont injustes et en partie fausses. La transformation des opinions scientifiques est évolution, progrès, et non démolition. Une loi, que l’on avait d’abord tenue pour universellement valable, se révèle comme n’étant qu’un cas particulier d’une loi (ou d’une légalité) plus générale encore, ou bien l’on voit que son domaine est borné par une autre loi, que l’on ne découvre que plus tard ; une approximation en gros de la vérité est remplacée par une autre, plus soigneusement adaptée à la réalité, approximation qui devra attendre d’être perfectionnée à son tour. Dans divers domaines, nous n’avons pas encore dépassé la phase de l’investigation, phase où l’on essaie diverses hypothèses qu’on est bientôt contraint, en tant qu’inadéquates, de rejeter. Mais dans d’autres nous avons déjà un noyau de connaissances assurées et presque immuables.

FREUD,L’Avenir d’une illusion(1927)

 

La science a beaucoup d’ennemis déclarés, et encore plus d’ennemis cachés, parmi ceux qui ne peuvent lui pardonner d’avoir ôté à la foi religieuse sa force et de menacer cette foi d’une ruine totale

La science, dont se revendique Freud, a infligé selon lui à la religion plusieurs humiliations. Que ce soit Copernic, Galilée, ou encore Darwin, tous ces auteurs ont contribué à limiter la sphère d'influence de la religion par rapport à la science.

Vous pouviez alors citer cette phrase de Galilée sur le duo science / religion : "L'intention du Saint-Esprit est de nous enseigner comment on va au ciel et non comment va le ciel." Galilée, Lettre à Christine de Lorraine, 1615.

 

On lui reproche de nous avoir appris bien peu et d’avoir laissé dans l’obscurité incomparablement davantage.

Freud fait part des reproches adressés à la science. Parmi les critiques, celle de nous faire voir incomparablement plus de mystères, plutôt que de résoudre les mystères qui se présentaient à nous. Mais n'est-ce pas en celà que consiste le progrès de la science ? Nous faire voir, chaque jour davantage encore à quel point nous sommes ignorant, reprenant en cela la pensée de Socrate : je sais que je ne sais rien, et qui devient alors la première science de l'homme : savoir son ignorance.

 

Ne commettons-nous pas, tous tant que nous sommes, la faute de prendre pour base de nos jugements des laps de temps trop courts ?

La question est celle du court terme et du long terme, ainsi que de la distance nécessaire pour analyser un objet. Nous sommes à une époque trop confondue avec celle des découvertes scientifiques, et nous manquerions de recul.

 

on l’accuse de promulguer aujourd’hui une loi que la génération suivante reconnaît pour une erreur et remplace par une loi nouvelle qui n’aura pas plus longtemps cours.

Il est à l'occasion de ce passage extrêmement pertinent de citer Kuhn, qui nous propose le concept de révolution scientifique, et celui de changement de paradigme.

 

une approximation en gros de la vérité est remplacée par une autre, plus soigneusement adaptée à la réalité

Pour Freud, ce n'est pas que les théories ou les enseignements scientifiques deviennent faux, à mesure qu'ils sont dépassés par le progrès, mais plutôt qu'ils s'affinent.

 

Dans divers domaines, nous n’avons pas encore dépassé la phase de l’investigation, phase où l’on essaie diverses hypothèses qu’on est bientôt contraint, en tant qu’inadéquates, de rejeter. Mais dans d’autres nous avons déjà un noyau de connaissances assurées et presque immuables.

Dans la conclusion de cet extrait, Freud nous appelle à l'humilité et à la modestie. Nous n'en sommes qu'aux prémices des découvertes scientifiques. Pour autant, le trésor que nous avons accumulé est dans certains domaines déjà très fort. La vérité immuable de Descartes, "je suis, j'existe", point de commencement de toute philosophie ou de toute connaissance ou encore de toute science pouvait être mentionné. Et la découverte ou redécouverte de l'inconscient, par Freud lui-même, aurait pu apporter alors du relief par rapport à cette affirmation.

 

-> Correction : Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ?

-> Correction : La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

 

Correction : La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

 

>> Définitions des termes du sujet

 

Vous consulterez à profit ces 3 définitions de la culture :

On en retiendra la 3e définition, celle qui se base sur l'allemand Kultur et l'anglais culture :

A. Ensemble des acquis littéraires, artistiques, artisanaux, techniques, scientifiques, des mœurs, des lois, des institutions, des coutumes, des traditions, des modes de pensée et de vie, des comportements et usages de toute nature, des rites, des mythes et des croyances qui constituent le patrimoine collectif et la personnalité d'un pays, d'un peuple ou d'un groupe de peuples, d'une nation.
B. Ensemble des valeurs, des références intellectuelles et artistiques communes à un groupe donné ; état de civilisation d'un groupe humain.

 

Quant au genre humain, il peut être défini ainsi : Ensemble des êtres humains sans distinction. Ce qui double alors le sens de l'unité du genre humain, pour insister sur ce lien entre tous les êtres humains.

 

 

>> Enjeu du sujet

 

Les ethnologues a fortiori, mais encore tout observateur peut se rendre compte de la diversité des cultures dans notre monde.

Tous les domaines semblent touchés par cette diversité : l'humour, le style vestimentaire, la façon de manger, ou plus généralement l'art, l'urbanisme, la religion.

En face de cette diversité se trouve un bloc monolithique, un lien indissociable, qui relie tous les êtres humains, et qui fait qu'un être humain est un être humain.

Comment concilier les deux ? La diversité des cultures empêche-t-elle de pouvoir penser un unique genre humain ?

 

>> Plan et développement

 

I. L'unité du genre humain serait supérieure à la pluralité des cultures

C'est dans cette visée que se développent d'une part l'intention de Kant, Projet de paix perpétuelle, et d'autre part celles de Fichte ou de Hegel.

 

II. Malgré une pluralité de cultures qui font l'essence de l'être humain

Dans Race et Histoire, Lévi-Strauss dénonce le "faux-évolutionnisme". Ce faux-évolutionnisme cache le danger de l'humanisme, qui voudrait faire de l'histoire du genre humain un ensemble guidé par des valeurs suprêmes, et donc universelles.

Lévi-Strauss dans ses ouvrages écrit notamment : "la civilisation mondiale ne saurait être autre chose que la coalition, à l'échelle mondiale, de cultures préservant chacune son originalité".

 

III. L'histoire du genre humain surpasse les différentes cultures qui la fondent, et il ne nous appartient pas de pouvoir la juger déjà

 

Raymond Aron dans Mémoires rappelle en effet "[L'histoire] piétine les cadavres des cultures aussi bien que ceux des hommes."

En outre, Charles Taylor dans Multiculturalisme nous invite à une certaine humilité : "nous sommes très loin de cet ultime horizon du haut duquel la valeur relative des différentes cultures pourrait être évidente"

 

-> Correction : Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ?

-> Correction : FREUD, L’Avenir d’une illusion (1927)