Le secret, garant du prestige (exemple de la Cité interdite)

Quel exemple plus pertinent que la Cité interdite de Beijing (ou Pékin) peut symboliser cette culture du secret pour garantir le prestige de l'autorité ?

La construction de la Cité interdite a débuté en 1406, mais celle-ci ne fut inaugurée qu'en 1420. La dynastie Ming y a établi son pouvoir à partir de cette date.

Alors qu'il était d'usage qu'une nouvelle dynastie occupe un nouveau palais, la dynastie Qing qui succéda aux Ming choisit de rester dans la Cité interdite.

La Cité interdite occupe 720000 mètres carrés 1 million de travailleurs auraient oeuvré à sa construction.

Enfin, il faut noter que la Cité interdite n'est toujours pas totalement publique ! On estime que 40% des lieux demeurent fermés au public. 

Couper les citoyens des lieux du pouvoir, rendre ces derniers opaques, peut être vu comme un moyen d'assouvir l'autorité.

C'est sans doute pourquoi nombre de lieux de pouvoir sont toujours inaccessibles au public dans notre monde contemporain.

Il serait intéressant de procéder à une étude de l'accessibilité de ces lieux, en fonction du régime étatique : démocratique, dictatorial, etc.

 

 

-> Citations sur le Secret

 

-> Culture générale : le Secret <-

Hong Kong appartient-il à la Chine ?

L'actualité, à savoir les protestations d'une foule de deux millions d'habitants de Hong Kong contre un projet de loi sur l'extradition vers la Chine, conduit à se poser cette question :

Hong Kong fait-il partie de la Chine ?

 

>> Petite histoire de Hong Kong

 

Hong Kong, dont l'étymologie 香港 le décrit comme le port parfumé, est un territoire occupé depuis le néolithique.

Toutefois, il n'est le théâtre d'aucune histoire particulière jusqu'à la colonisation britannique.

L'Empire de Chine propose de céder ce territoire à l'Empire britannique pour une durée de 99 ans, à l'issue de la Première guerre de l'opium avec le traité de Nankin. Hong Kong devient donc britannique à partir de 1842... (jusqu'en 1997, mais ceci sera expliqué par la suite).

L'épisode de l'occupation japonaise dure de 1941 à 1945, et a pour conséquence de faire passer la population du pays de 1,6 million d'habitants à 600 000 habitants.

À partir des années 60, l'économie de Hong Kong se développe, et notamment la finance dans les années 70.

 

>> Le tournant : pourquoi Hong Kong est voué à faire partie de la Chine

 

La Chine avait donc donné, ou plutôt prêté (puisque c'était seulement pour une durée de 99 ans), Hong Kong à l'Empire britannique... jusqu'en 1997.

En avance et par anticipation de cette issue, la Chine et le Royaume-Uni ont fait une déclaration commune à l'ONU, signée le  19 décembre 1984.

Les conséquences et promesses de cette déclaration : la colonie de Hong Kong sera remise à la Chine en 1997. Toutefois, pour faciliter cette transition, sera mis en place ce que Deng Xiaoping (à la tête de la Chine) a appelé en 1997 « un pays, deux systèmes » pour 50 ans. C'est-à-dire que pendant seulement 50 ans (à partir de 1997), Hong Kong aura un statut particulier, et conservera : le capitalisme et son mode de vivre.

Conclusion :

  • Hong Kong fait partie de la Chine.
  • Il conserve toutefois son système particulier jusqu'en 2047.
  • À partir de 2047 et selon la législation, Hong Kong fera totalement partie de la Chine et il n'y aura plus de différence.

 

>> Pourquoi une partie de Hong Kong proteste aujourd'hui ?

 

Chaque année, ce destin de Hong Kong est la raison de manifestations massives.

Une partie de la population de Hong Kong veut réécrire cette histoire déjà tracée, pour conserver ses particularités.

L'objectif est au minimum de ralentir la transition de Hong Kong vers un territoire totalement chinois comme les autres. Mais il peut aller jusqu'à la sortie définitive de la Chine.

 

Le 18 juin 2019, Carrie Lam, chef de l'exécutif, a ajourné son projet de loi sur l'extradition vers la Chine. C'est une grande victoire pour les manifestants pro-Hong Kong, et à l'inverse un échec cuisant pour Beijing / Pékin, et son chef Xi Jinping, déjà fragilisés par la guerre commerciale avec les Etats-Unis.

 

 

Correction : La Chine et le monde depuis 1949

Pour ceux qui ont passé les épreuves Sciences Po Concours commun, ce sujet était du pain bénit.

 

En effet le sujet était très similaire à celui proposé en histoire pour l'édition 2019 du concours, donc la même année.

 

Voici le corrigé de ce sujet d'histoire : La Chine et le monde depuis 1949.

 

Voir l'autre sujet corrigé d'histoire section S bac 2019 :

-> Correction : La gouvernance européenne depuis le traité de Maastricht

 

>> Intitulé du sujet

 

Une erreur classique est de traiter d'une part de la Chine, d'autre part du monde depuis 1949, en deux parties.

Il fallait absolument étudier les relations entre la Chine et le monde tout le long depuis 1949.

 

>> Bornes du sujet

 

Bornes historiques : en 1949, le parti communiste dirigé par Mao instaure la République populaire de Chine. La proclamation de la RPC était votre borne de début. Vous pouviez placer votre borne finale à aujourd'hui, mais nous aurions tout simplement pris 2013 : Xi Jinping président de la Chine.

 

Bornes spatiales : C'est plus facile, puisqu'il s'agit des termes du sujet : la Chine et le monde. Vos bornes étaient donc les rapports entre le territoire chinois et le monde. Vous pouviez rentrer dans la nuance pour faire intervenir les différents changements territoriaux de la Chine depuis 1949. Mais cela pouvait également être fait dans le développement.

 

>> Plan et développement

 

Nous vous proposons un plan en 2 parties pour couvrir ce sujet d'histoire.

 

I. Rapports entre la Chine et l'URSS (1946-1976)

A. Les débuts compliqués de la RPC

B. La fin des relations cordiales avec l'URSS

C. L'idéologie maoïste et ses applications

 

II. L'émergence d'une puissance mondiale (1976-2013)

A. La transformation économique et l'avènement du libéralisme

B. Le système politique communiste solidifié

C. La Chine un partenaire indispensable dans le monde

 

 

>> Dates clés des rapports Chine-monde depuis 1949


1950 : Traité d’amitié sino-soviétique
1950-53 : La Chine intervient dans la guerre de Corée 1960 : Rupture entre la Chine et l’URSS
1969 : Violents incidents frontaliers avec l’URSS
1971 : Rapprochement sino-américain
1971 : La Chine Populaire remplace Taïwan à l’ONU 1972 : Visite de Richard Nixon à Pékin
1992 : Deng Xiao-Ping affirme vouloir créer une "économie socialiste de marché"
1997 : La Chine récupère Hong-Kong
2001 : La Chine entre à l’OMC
2008 : Jeux Olympiques de Pékin
2010 : La Chine, deuxième puissance économique du monde 2013 : Xi Jinping président de la Chine

 

Sans oublier la politique intérieure qui influença grandement les relations de la Chine avec le monde :

1950 : Élimination des grands propriétaires et redistribution des terres
1951 : Mao occupe le Tibet
1958-61 : Période du "Grand Bond en Avant"
1951 : Mao est écarté du pouvoir après l’échec du Grand Bond. 1961-64 : Deng Xiao-Ping lance la "NEP chinoise"
1966-69 : Mao lance la « Révolution culturelle » pour reprendre le pouvoir 1976 : Mort de Mao et de Zhou Enlai (Premier ministre)
1978 : Prise du pouvoir par les réformateurs conduits par Deng Xiao-Ping 1979 : Début des réformes économiques.
1984 : Décollectivisation des campagnes et fin des communes populaires 1989 : Massacre des étudiants sur la place Tienanmen
1997 : Mort de Deng Xiao-Ping

 

 

Correction philosophie BAC 2019

-> Correction : FREUD, L’Avenir d’une illusion (1927)

-> Correction : La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

-> Correction : Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ?