La liberté, droit de faire ce que les lois permettent - Montesquieu

La liberté ne consiste pas en la possibilité de faire tout et n'importe quoi.

C'est en somme ce que s'attèle à expliquer Montesquieu dans son ouvrage De l'Esprit des lois, II, au livre XI.

En effet, pour Montesquieu, il est difficile de trouver un mot aussi galvaudé que celui de liberté.

"Il n'y a point de mot qui ait reçu plus de différentes significations, et qui ait frappé les esprits de tant de manières, que celui de liberté" (Chapitre 2)

 

Il est vrai que, dans les démocraties, le peuple parait faire ce qu'il veut; mais la liberté politique ne consiste point à faire ce que l'on veut. Dans un État, c'est-à-dire dans une société où il y a des lois, la liberté ne peut consister qu'à pouvoir faire ce que l'on doit vouloir, et à n'être point contraint de faire ce que l'on ne doit pas vouloir.

Montesquieu, De l'Esprit des lois, II, au livre XI, Chapitre 3

 

Cela veut bien dire que la liberté "est le droit de faire tout ce que les lois permettent", car ces lois sont supposées justes.

La justice se réduit-elle aux lois ?

Vaut-il mieux appliquer la loi rigoureusement ou prendre en compte les circonstances atténuantes, la légitimité pour quelqu'un de son comportement ? Faut-il préférer l'injustice au désordre ? La justice se réduit-elle au droit ? Un tel dilemme prend une tournure dramatique dans l'oeuvre Antigone de Sophocle.
 

>> Dans la tragérie Antigone de Sophocle :


Créon interdit à Antigone d'enterrer son frère, car ce dernier a trahi la cité et s'est rangé avec les ennemis.

Or pour Antigone, il s'agit d'un devoir moral, d'une légitimité divine : elle doit enterrer son frère. Ce qu'elle fait.

Quel comportement doit alors adopter Créon ? Antigone a désobéi à la loi, qui prévoit alors une peine de mort. Antigone est condamnée par Créon à la mort.

 

>> La justice transcendante au droit (La justice ne se réduit pas aux lois)


D'un côté, la justice pour Antigone allait au-delà des lois, il s'agissant d'honneur, de devoir moral.

En cela Antigone a une vision de la justice transcendante au loi, qui touche la légitimité.

 

 

 

>> La justice est l'application du droit : positivisme juridique (La justice se réduit aux lois)


De l'autre côté, la justice pour Créon est de respecter la loi, afin de préserver la paix dans la cité. Si l'on se permet de désobéir à la loi, il risque le désordre, or mieux vaut l'ordre pour la paix et le bien commun.

En celà, Créon a une vision de la justice qui se confond avec le droit : positivisme juridique de Kelsen (le droit est la justice).

De même, Goethe qui préfère l'ordre à la justice, mieux vaut obéir à des lois même injustes.

 

-> Culture générale : la Justice <-