Droits de l'homme - Vaclav Havel

Quelques mots sur Vaclav Havel avant tout.

En 1989, il participe à la "Révolution de velours" et en devient un leader. D'abord président de la République fédérale tchèque et slovaque, il se déclare opposé à la partition de son pays. Toutefois, il accepte la présidence de la République tchèque en janvier 1993.

En 1997, il publie Il est permis d'espérer, où il livre notamment cette réflexion sur les Droits de l'homme, et l' "ordre supérieur" dont dépendrait l'homme, et qui le rend moralement responsable.

 

L'esprit humain a compris dès les temps les plus reculés, bien avant que ne soit inventée l'expression "droits de l'homme", qu'un ordre supérieur de la vie, dont il est partie intégrante, lui impose un engagement particulier.

 

Cette citation peut être rapprochée du débat droit naturel / droit positif

 

Droit naturel et droit positif

  • Le droit est-il juste ?
  • Qu'est-ce que le droit naturel ?
  • Qu'est-ce que le droit positif ?
  • Quels auteurs défendent quelles thèses ?

Voici quelques pistes pour comprendre comment la justice "justifie" le droit : citations, philo et cours sur le droit naturel et positif

 
La justice rend le droit légitime : droit naturel, droit positif
 

Comment savoir ce qui dans le droit est juste ? Qu'est-ce qui fonde le droit, la justice ? Quelle légitimité pour le droit grâce à la justice ?

 

I. DROIT NATUREL

 

    A. Fondements du droit naturel

 

1. Le droit naturel signifie le droit qui vient de la "nature de l'Homme", le droit inaliénable et sacré de la nature humain, le droit qui existe parce que l'humain est humain. Il s'appuie sur une justice parfaite, la justice propre à la nature humaine.

 

2. La notion de droit naturel prit son essor à la Renaissance, par le philosophe et juriste Hugo Grotius (De jure belli ac pacis en 1625), puis par Thomas Hobbes, John Locke, Jean-Jacques Rousseau (théoriciens du contrat social).

 

3. Les fondements du droit naturel (parmi lesquels la liberté, l'égalité, la propriété) sont rappelés dans la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen en 1789, ou encore dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de l'ONU en 1948.

 

    B. Contestation du droit naturel

 

Blaise Pascal1. Pascal écrit que même s'il y a un droit naturel, il est pour l'homme impossible de le définir, il perd donc son intérêt : "Il y a sans doute des lois naturelles, mais cette belle raison corrompue a tout corrompu." Pensées, 1670

 

 

Marx 2. Marx critique dans La question juive, en 1844, le droit naturel : il n'existe pas de droit qui serait absolu, inhérent à la nature humaine. Le droit ne s'établit que selon la société, le contexte et l'histoire de cette société.

 

 

Proudhon3. Proudhon explique clairement en 1858 dans De la justice dans la Révolution et dans l'Eglise : "La justice est humaine, tout humaine, rien qu'humaine. C'est lui faire tort que de la rapporter, de près ou de loin, directement ou indirectement, à un principe supérieur ou antérieur à l'humanité."

 

 

 

II. DROIT POSITIF

 

 

    A. Fondements du droit positif

 

1. Le droit positif désigne les législations, les règles, en vigueur. Contrairement au droit naturel (qui est ce qui devrait être), le droit positif est ce qui est, en effet, (qu'il soit juste ou injuste).

 

Hans Kelsen2. Le droit positif (positif = qui est posé, qui se fonde sur les faits), puisqu'il désigne les législations effectives, varie selon les contextes, la société, les régions, et est institué par les hommes.

 

3. Le droit positif ainsi théorisé prend son essor avec Hans Kelsen (1881-1973), bien que ce dernier conteste en être le représentantdans son ouvrage Théorie pure du droit en 1962.

 

 

    B. Contestation du droit positif

 

Cicéron1. « La loi vraie est la raison juste en accord avec la Nature ; elle est d'application universelle, invariable et éternelle. » La première partie de cette citation de Cicéron dans De Republica (entre 54 et 51 av.JC) postule la légitimité de la loi grâce à la Nature, la seconde partie s'oppose au droit positif quant à son instabilité et sa versatilité : ici la loi doit être la même partout et en tout temps.

 

Spinoza2. Spinoza rappelle que le droit positif ne peut se passer du droit naturel : « Les poissons sont déterminés, de par leur nature, à nager et les plus gros à manger les petits; en conséquence, les poissons sont maîtres de l'eau et les plus gros mangent les petits, en vertu d'un droit naturel souverain. » dans Traité théologico-politique, 1670.

 

 

Leo Strauss3. Leo Strauss prouve logiquement la complémentarité du droit positif et naturel. (Sans retenir la citation, comprendre le raisonnement suivant)  « Rejeter le droit naturel revient à dire que tout droit est positif, autrement dit que le droit est déterminé exclusivement par les législateurs et les tribunaux des différents pays. Or, il est évident et parfaitement sensé de parler de lois et de décisions injustes. En portant de tels jugements, nous impliquons qu'il y a un étalon du juste et de l'injuste qui est indépendant du droit positif et qui lui est supérieur: un étalon grâce auquel nous sommes capables de juger du droit positif. » Droit naturel et histoire, 1953

 

 

Conclusion : droit naturel et droit positif s'opposent tant et si bien que vous aurez remarqué que la partie "Contestation du droit naturel" est presque intégralement un argumentaire pour le droit positif et vice versa. Cependant, droits naturel et positif s'accordent probablement dans une cité juste et idéale.

 

 

 

 

 

 

III. Les fondements de la règle de droit

A. Les doctrines du droit naturel

Les doctrines du droit naturel affirment que le droit vient de la nature même de l'homme.

Pour Saint Augustin et Saint Thomas d'Aquin, ce droit naturel est révélé aux hommes par Dieu. Pour Grotius, Hobbes, Locke et Rousseau, le droit naturel doit se découvrir par la raison.

-> Voir différences entre droit naturel et droit positif.

Les jusnaturalistes défendent une telle conception du droit, fondé sur la nature humaine, et supérieur au droit positif.

B. Les doctrines du droit positif

Pour les doctrines du droit positif, le droit n'est pas issu de la nature humaine, mais se justifie par lui-même. Il est légitime parce qu'il est donné par des autorités.

Kelsen, auteur de Théorie pure du droit, est le plus célèbre représentant du positivisme, cette doctrine qui affirme que le droit est identique aux règles de droit. Cette doctrine rejette l'existence d'un droit naturel.

-> Voir différences entre droit naturel et droit positif.