La révolution en Utopie - Thomas More

Dans Utopia, livre I, Thomas More fait voir sa conception idéalisée du gouvernement des hommes.

 

Un certain Raphaël Hythlodée, le navigateur qui a découvert l'île d'Utopie, formule une morale du gouvernement. Le roi, qui constitue ce gouvernement, se doit d'aider son peuple et de le servir.

 

Relevons deux extraits du livre I d'Utopia :

 

Les hommes ont fait des rois pour les hommes, et non pas pour les rois ; ils ont mis des chefs à leur tête pour vivre commodément à l'abri de la violence et de l'insulte.

Cet extrait nous dit bien quel est le rôle du roi : c'est celui de servir les hommes, servir son peuple. Il nous dit deuxièmement que ce sont les gens du peuple qui ont mis à leur tête un roi, le roi a été placé par la communauté des hommes. Troisièmement, que la révolution, dont le caractère est naturellement brusque, ne va pas avec la volonté naturelle d'un citoyen : celui-ci désire se protéger de la violence, et c'est pourquoi il met en place un gouvernement.

 

Un peu plus tard :

Quel est l'homme qui désire plus vivement une révolution ? N'est-ce pas celui dont l'existence actuelle est misérable ? Quel est l'homme qui aura le plus d'audace à bouleverser l'Etat ? N'est-ce pas celui qui ne peut qu'y gagner, parce qu'il n'a rien à perdre ?

C'est donc bien celui qui n'est plus à l'abri de la violence, qui est misérable, qui a tout intérêt à faire une révolution. 

 

Il ne faut pas oublier également le contexte dans lequel a été écrite l'oeuvre : Thomas More désirait limiter le pouvoir royal, car Henri VIII, dont il fut pourtant le protégé un temps, était tyrannique.

 

Des villes d'Utopie - Thomas More

Dans L'Utopie ou le traité de la meilleure forme de gouvernement, Thomas More critique certains traits de son époque.

C'est l'occasion pour lui de donner une description des villes, ces villes qui ont d'après le titre même la meilleure forme de gouvernement.

Il suffit pour Thomas More d'en décrire une pour donner un compte rendu de toutes les autres, comme il l'explique au début de ce chapitre 1 du Livre 2 :

 

Qui connaît cette ville les connaît toutes, car toutes sont exactement semblables, autant que la nature du lieu le permet. Je pourrais donc vous décrire indifféremment la première venue ; mais je choisirai de préférence la ville d’Amaurote, parce qu’elle est le siège du gouvernement et du sénat, ce qui lui donne la prééminence sur toutes les autres. En outre, c’est la ville que je connais le mieux, puisque je l’ai habitée cinq années entières.

Thomas More, L'Utopie

 

La ville idéale est entourée de remparts. Les rues sont parfaitement agencées, pour favoriser le transport et pour lutter contre le vent.

Les demeures sont ouvertes à tous, elles "laissent entrer le premier venu".

Une ceinture de murailles hautes et larges enferme la ville, et, à des distances très rapprochées, s’élèvent des tours et des forts. Les remparts, sur trois côtés, sont entourés de fossés toujours à sec, mais larges et profonds, embarrassés de haies et de buissons. Le quatrième côté a pour fossé le fleuve lui-même. Les rues et les places sont convenablement disposées, soit pour le transport, soit pour abriter contre le vent. Les édifices sont bâtis confortablement ; ils brillent d’élégance et de propreté, et forment deux rangs continus, suivant toute la longueur des rues, dont la largeur est de vingt pieds. Derrière et entre les maisons se trouvent de vastes jardins. Chaque maison a une porte sur la rue et une porte sur le jardin. Ces deux portes s’ouvrent aisément d’un léger coup de main, et laissent entrer le premier venu.

Thomas More, L'Utopie

 

En outre, la "possession commune" est la loi.

Les Utopiens appliquent en ceci le principe de la possession commune. Pour anéantir jusqu’à l’idée de la propriété individuelle et absolue, ils changent de maison tous les dix ans, et tirent au sort celle qui doit leur tomber en partage.

Thomas More, L'Utopie

 

S'il y a possession commune, il n'y en a pas moins une certaine concurrence, dans le sens où chacun fait du mieux qu'il peut par rapport aux autres :

il y a émulation entre les différents quartiers de la ville, qui luttent à l’envi à qui aura le jardin le mieux cultivé

Thomas More, L'Utopie

 

Le grand architecte de ces villes n'est autre qu'Utopus. Car tout ne fut pas parfait dès le commencement. Il fallait du temps pour arriver à la perfection.

Les Utopiens attribuent à Utopus le plan général de leurs cités. Ce grand législateur n’eut pas le temps d’achever les constructions et les embellissements qu’il avait projetés ; il fallait pour cela plusieurs générations. Aussi légua-t-il à la postérité le soin de continuer et de perfectionner son œuvre.

Thomas More, L'Utopie

-> Culture générale : la Ville <-